L’actualité

12 décembre
2018

PRAXES : Enfin un cadre juridique pour les stages hors cursus ! (12 décembre 2018)

Le programme PRAXES de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) fête ses 5 ans cette année !

PRAXES, c’est la combinaison de Praktikum (« stage » en allemand) et « accès » en Français.

Bacheliers, jeunes diplômés, en année de césure ou en réorientation professionnelle ou demandeurs d’emploi ? Nombreux sont les entreprises et stagiaires confrontés aux problèmes de convention de stage après avoir trouvé un accord pour travailler ensemble.

Depuis son lancement officiel en 2013, le « statut franco-allemand du stagiaire », garanti par le programme PRAXES de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, a permis à près de 900 jeunes d’Allemagne et de France, âgés de 18 à 30 ans, d’effectuer un stage hors cursus obligatoire de 1 à 6 mois dans le pays voisin.

Grâce à PRAXES, les participants peuvent effectuer un stage à tout moment de l’année dans le domaine et auprès de l’organisme de leur choix. Référencé comme organisme de formation, l’OFAJ propose un contrat de formation aux stagiaires. Il s’agit du préalable à l’édition d’une convention de stage bilingue signée par l’OFAJ, les stagiaires et les entreprises d’accueil. L’OFAJ souscrit et prend en charge les coûts d’une assurance complémentaire. Celle-ci couvre les risques privés et professionnels, responsabilité civile incluse. PRAXES sécurise donc le cadre juridique du stage dans les deux pays, notamment en France où une convention de stage est obligatoire.

Pour aider les jeunes dans leur recherche de stage, l’OFAJ met à disposition des candidates et candidats des offres de stage sur le Jobboard PRAXES, accessible depuis le compte Facebook de l’OFAJ. Les entreprises souhaitant accueillir des stagiaires y postent régulièrement des offres. L’équipe PRAXES effectue également le suivi pédagogique des stagiaires au cours d’un entretien téléphonique pendant le stage. Les stagiaires reçoivent aussi un document leur permettant de valoriser leurs compétences développées à l’étranger. Ceci est permis par l’outil AKI pour la valorisation des compétences sociales, développé par l’OFAJ et ses partenaires.

Le 22 janvier 2018, à l’occasion du 55ème anniversaire du Traité de l’Elysée, dans une résolution commune, l’Assemblée Nationale française et le Bundestag allemand ont émis le souhait de développer le statut de stagiaire franco-allemand. Cette volonté politique réaffirmée est donc une bonne nouvelle pour le programme PRAXES qui a encore de beaux jours devant lui.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.ofaj.org ou contactez-nous :
Antoine Daelman
Chargé de projet PRAXES
praxes@ofaj.org
+33 1 40 78 18 31

23 novembre
2018

France-Allemagne – Conseil franco-allemand de l’intégration (Paris, 23 novembre 2018)

Mme Nathalie Loiseau, ministre chargée des affaires européennes, et M. Laurent Nunez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, coprésident aujourd’hui la deuxième réunion plénière du Conseil franco-allemand de l’intégration à Paris, conjointement avec leurs homologues allemands M. Michael Roth et M. Markus Kerber.

Créé en novembre 2017, le Conseil franco-allemand de l’intégration a pour objectif de mettre en lumière les expériences et bonnes pratiques respectives en matière d’intégration et de faire progresser nos dispositif nationaux, que ce soit en matière d’apprentissage de la langue, de formation civique, de réussite scolaire et d’égalité des chances, d’orientation professionnelle ou d’aménagement du territoire et de logement. Les vingt membres du Conseil franco-allemand de l’intégration sont issus des administrations française et allemande, des collectivités, des associations et des organisations de la société civile.

Deux des thèmes prioritaires identifiés en novembre 2017 lors de l’installation du Conseil à Berlin, l’apprentissage de la langue et la transmission des valeurs d’une part, l’intégration sur le marché du travail d’autre part, ont fait l’objet de travaux partagés entre les membres du Conseil et seront présentés aux coprésidents aujourd’hui.

A l’issue de la séance plénière du Conseil franco-allemand de l’intégration, Mme Nathalie Loiseau et M. Michael Roth se rendront à Clichy-sous-Bois, à l’invitation du maire de la ville, M. Olivier Klein. Ils échangeront avec des élèves du lycée Alfred-Nobel sur l’intégration et les défis auxquels l’Union européenne est confrontée.

Photo MEAE/Judith Litvine

21 novembre
2018

Droits de l’Homme - Prix franco-allemand des droits de l’Homme et de l’État de droit (21 novembre 2018)

Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, et son homologue allemand, Heiko Maas, ont annoncé ce 21 novembre les lauréats du prix franco-allemand des droits de l’Homme et de l’État de droit.

Les ministres ont déclaré, à cette occasion : « Alors que nous célébrons cette année le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, la France et l’Allemagne rendent hommage à 15 personnalités qui défendent courageusement les droits de l’Homme partout dans le monde. À travers eux, nos deux pays honorent l’ensemble des défenseurs des droits dont l’action est trop souvent ignorée et entravée, et expriment leur gratitude et leur reconnaissance à tous ceux qui œuvrent au quotidien pour que cette déclaration ne reste pas lettre morte ».

Depuis 2016, le prix est décerné chaque année à des personnalités qui ont contribué de façon exceptionnelle à la protection et à la promotion des droits de l’Homme et de l’État de droit dans leur pays et au niveau international. Ce prix rappelle l’engagement constant de la France et de l’Allemagne en faveur des droits de l’Homme et de l’État de droit et contribue à renforcer leur coopération dans ce domaine.

Les lauréats de l’édition 2018 du prix franco-allemand des droits de l’Homme et de l’État de droit sont :

Vuyiseka Dubula-Majola (Afrique du Sud) ;
Chak Sopheap (Cambodge) ;
Yu Wensheng (Chine) ;
Aminata Traoré (Côte d’Ivoire) ;
Mohamed Lotfy (Égypte) ;
Alfredo Okenve (Guinée équatoriale) ;
Nityanand Jayaraman (Inde) ;
Hessen Sayah Corban (Liban) ;
Mekfoula Mint Brahim (Mauritanie) ;
Liz Chicaje Churay (Pérou) ;
Oyub Titiev (Russie) ;
Anwar al-Bunni (Syrie) ;
Daoud Nassar (Territoires palestiniens) ;
Sirikan Charoensiri (Thaïlande) ;
Susana Raffalli Arismendi (Vénézuéla).

Pour en savoir plus sur les lauréats :

PDF - 6.1 Mo
20 novembre
2018

Journée de Deuil national allemand : le président Macron à Berlin (20 novembre 2018)

Emmanuel Macron s’est rendu dimanche 18 novembre à Berlin dans le cadre du Volkstrauertag (Jour du Souvenir), journée de commémoration nationale en Allemagne destinée d’une part à célébrer la réconciliation, l’entente et la paix, et, d’autre part, à rendre hommage aux victimes de guerre. Emmanuel Macron s’est exprimé au Bundestag, devant l’ensemble des corps constitués allemands, événement inédit pour un président français depuis Jacques Chirac en juin 2000.

Discours au Bundestag :

À l’occasion des cérémonies de commémoration de la Journée de deuil national allemande auxquelles participait le président de la République, Emmanuel Macron a rappelé au Bundestag la force des liens qui unissait la France et l’Allemagne et sa conviction qu’ensemble les deux pays pouvaient ouvrir une nouvelle étape dans la construction européenne.

Invité à participer aux cérémonies organisées à la mémoire des victimes des conflits armés et de la tyrannie qui se sont déroulées le 18 novembre 2018 à Berlin, le président français a pris la parole au Bundestag, devant l’ensemble des corps constitués allemands. Dans un fervent plaidoyer pour l’Europe, il a rappelé que celle-ci ne pourra pas « jouer son rôle si elle devient le jouet de puissances et se contente d’un second rôle sur la scène mondiale ».

Emmanuel Macron a également insisté sur le fait que « l’Europe, et en son sein le couple franco-allemand, » se trouvaient « investis de l’obligation de ne pas laisser le monde glisser dans le chaos et de l’accompagner sur le chemin de la paix. »

Il a mis en garde contre un « nationalisme sans mémoire » et un « fanatisme sans repères » dans un monde qui « se trouve à la croisée des chemins ». Il a rappelé à ce titre la nécessité pour l’Europe de se doter d’une défense commune et de mettre en place une politique migratoire axée sur un système d’asile harmonisé.

Le président français a par ailleurs souligné la nécessité de « surmonter les tabous et dépasser les habitudes » et appelé chacun des États membres de l’Union européenne à « mettre en commun sa capacité de décision, sa politique étrangère, migratoire ou de développement, une part croissante de son budget et même des ressources fiscales ».

A revoir : L’intervention et la transcription du discours d’Emmanuel Macron

Youth for Peace

Le président français a assisté avec son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier à la présentation des conclusions d’une rencontre sur la paix réunissant 500 jeunes de 48 pays qui remettaient leurs propositions aux deux chefs d’Etat.

Du 14 au 18 novembre 2018, 500 jeunes issus de 48 pays ont participé à Berlin à la rencontre internationale « Youth for Peace –100 ans après la Première Guerre mondiale, 100 idées pour la paix ». Ensemble, ils ont tenté de faire émerger une culture commémorative européenne et transnationale. Avec l’aide d’animateurs expérimentés et de spécialistes, ils ont élaboré des recommandations pour la paix.

Pour en savoir plus sur « youth for peace »

A revoir : L’intervention du Président dans le cadre de Youth for Peace

La visite d’Emmanuel Macron à Berlin, après celle de la chancelière Merkel le week-end dernier à Paris, clôturait la séquence mémorielle autour du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale.

19 novembre
2018

Le prix De Gaulle – Adenauer 2018 attribué au duo musical « Zweierpasch » (19 novembre 2018)

Le duo de hip-hop Zweierpasch recevra cette année le prix De Gaulle-Adenauer. Il sera remis le 22 novembre 2018 à 19h à Paris par les deux secrétaires généraux pour la coopération franco-allemande, Michael Roth, membre du Bundestag et ministre délégué chargé des Affaires européennes, et Nathalie Loiseau, ministre chargée des Affaires européennes en France.

Contexte

Le groupe Zweierpasch, et plus particulièrement les frères jumeaux Till et Felix Neumann reçoivent le prix pour leurs efforts inlassables dans l’approfondissement de l’amitié franco-allemande par la musique. Leurs chansons engagées sont consacrées à des sujets d’actualité, à l’histoire des deux pays et à l’avenir commun en Europe. En plus de leurs apparitions sur scène, les frères sont actifs bien au-delà des frontières et mènent des projets de hip-hop interculturels dans des écoles et des centres culturels portant sur le rythme, la langue et le vivre ensemble. Le concours de rap de « l’école du flow » attire actuellement plus de 600 élèves du monde entier.

Le prix De Gaulle – Adenauer est doté de 10 000 euros. Lancé le 22 janvier 1988 à l’occasion des vingt cinq ans du Traité de l’Élysée, le prix est décerné aux personnalités, initiatives ou institutions ayant, par leur action, apporté une contribution notable à la consolidation de l’amitié franco-allemande.

Il valorise et encourage la participation active des citoyens français et allemands au partenariat franco-allemand et fournit un cadre propice au développement de cet engagement. Le choix des deux secrétaires généraux est fondé sur les propositions d’un jury franco-allemand, qui s’attache à représenter la société de chaque pays dans sa diversité et comprend par exemple des personnalités issues des domaines de la politique, de la culture, des médias, de la science et de l’économie.

Les ministres Nathalie Loiseau et Michael Roth ont déclaré à propos du choix du lauréat :

« Le duo Zweierpasch illustre singulièrement la richesse, la force et la profondeur des relations franco-allemandes : frères jumeaux, les « Zweierpasch » sont aussi poètes engagés, ambassadeurs de la langue française et allemande et revendiquent une double vie. Leurs rimes sont à l’image du message qu’ils portent : richesse et unité. Comme des oiseaux migrateurs ils franchissent le Rhin et font entendre la voix de l’unité et de l’amitié au-delà des frontières. Depuis 2012, ce duo accompagné de ses musiciens rap par-delà les régions frontalières entre la France et l’Allemagne. Leurs textes en français et en allemand font vivre notre histoire partagée et rassemblent les citoyens de nos deux pays. Ces deux musiciens engagés savent écouter les gens et répondre à leurs préoccupations. Zweierpasch l’affirme sans ambages : diversité et unité vont de pair, mémoire et avenir sont les deux faces d’une même pièce, la voix de Charles de Gaulle s’accorde bien avec celle de Konrad Adenauer dans une seule chanson de Zweierpasch, bref : ils nous font vivre l’amitié et la réconciliation franco-allemande dans toute sa profondeur !

Zweierpasch prend le contre-pied des nationalismes, de la division de l’Europe et des injustices sociales. A la division qui menace nos cultures et nos sociétés, Zweierpasch oppose une action engagée : dans les écoles et les centres culturels dans toute l’Europe ils mènent des projets éducatifs de « HipHop interculturel », cherchant une grammaire commune dans le rythme, la langue et la volonté du vivre ensemble. Par leur programme ambitieux « l’école du flow » par exemple, qui est mis en œuvre dans des établissements de l’enseignement secondaire en coopération avec le centre Culturel de Freiburg et la maison d’édition Ernst Klett, Zweierpasch contribue à l’enseignement civique et culturel des jeunes et utilise la musique comme langage pour approfondir la démocratie et l’engagement civique. »



Parmi les lauréats précédents du prix
, on compte entre autres : Patricia Kaas (1999), Ulrich Wickert (2000), Daniel Brühl (2004), ARTE (2013), l’OFAJ (2014), et les écoles professionnelles de Kehl (2017).

Pour en connaître tous les lauréats depuis 1989 et en savoir plus sur le prix et le jury : https://www.france-allemagne.fr/Le-Prix-De-Gaulle-Adenauer-1321.html
Pour en savoir plus sur le lauréat 2018, Zweierpasch : http://zweierpasch.blogspot.com/p/en-francais.html

© Photo 1 Schwebkraft et Photo 2 MEAE Judith Litvine

16 novembre
2018

Réunion de la Commission intergouvernementale franco-germano-suisse du Rhin Supérieur (16 novembre 2018)

A la frontière entre la France, la Suisse et l’Allemagne, le Rhin Supérieur est le berceau de la coopération transfrontalière européenne, favorisée par des échanges économiques intenses et une proximité culturelle et historique. Les différentes entités bordant la vallée du Rhin se sont rapprochées pour coordonner et organiser ensemble leur gestion des transports, de l’enseignement supérieur et de la recherche, de l’agriculture, de l’environnement ou encore des questions économiques. Le rapprochement des populations passe aussi par une coopération culturelle soutenue.

La 27ème Commission intergouvernementale franco-germano-suisse s’est réunie à Berlin le 16 novembre 2018 pour pérenniser et accompagner les coopérations menées par le sud de la Rhénanie-Palatinat, le Pays de Bade, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin ainsi que les cantons suisses d’Argovie, de Bâle Ville et Bâle Campagne, de Soleure et du Jura.

Elle permet aux gouvernements des trois pays d’encourager et d’accompagner les initiatives prises par les différents acteurs de la coopération transfrontalière menée dans la région au sein de la Conférence du Rhin supérieur, ainsi que de débloquer certains obstacles juridiques ou administratifs pour assurer leur réussite.

Au menu de cette réunion ont notamment été abordés le développement des liaisons ferroviaires transfrontalières par transport régional et connexion des réseaux à grande vitesse, plusieurs points d’ordre social et fiscal relatifs à la facilitation du travail des 100 000 travailleurs frontaliers de la zone, l’encadrement juridique des secours transfrontaliers ou encore la gestion en commun des riches espaces naturels de la région.

La Commission intergouvernementale franco-germano-suisse témoigne de la vitalité des échanges entre nos trois pays tant au niveau local que national et s’engage pour des coopérations toujours plus étroites au cœur de l’Europe.


Pont entre Kehl et Strasbourg © Rémi Le Blond

6 novembre
2018

Commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918 (6 novembre 2018)

Avec plus de 2 000 projets labellisés en France et à l’étranger, l’année 2018 est – avec 2014 – l’année où la mobilisation a été la plus forte depuis le lancement du centenaire de la Grande Guerre. La commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918 constituera le point d’orgue de cette mobilisation.

A cette occasion, plus de 120 dignitaires étrangers seront réunis à Paris pour se souvenir mais aussi penser le monde d’aujourd’hui à l’aune des enseignements de 1918 et des cent dernières années. La réconciliation franco-allemande sera également au cœur des cérémonies de commémoration.

4 au 9 novembre : l’itinérance du Président de la République, inaugurée par une séquence franco-allemande à Strasbourg

Pendant un peu plus de cinq jours, le Président de la République, Emmanuel Macron, se rend cette semaine sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale, dans le Grand-Est et les Hauts-de-France. Le symbole est fort puisque cette itinérance a démarré le dimanche 4 novembre par une séquence franco-allemande avec un concert à la cathédrale de Strasbourg en présence du Président fédéral allemand Frank-Walter Steinmeier.

L’année dernière, le 10 novembre 2017, le Président français et son homologue allemand s’étaient déjà rendus ensemble en Alsace, afin d’inaugurer le premier Historial franco-allemand sur le site du Vieil-Armand (Hartmannswillerkopf).

10 novembre : une cérémonie franco-allemande à la clairière de l’armistice de Compiègne

Le 10 novembre 2018, le Président Emmanuel Macron et la Chancelière Angela Merkel présideront une cérémonie à la clairière de l’armistice, dans la commune de Compiègne. Cette cérémonie sera marquée par la simplicité d’un moment de recueillement et d’hommage.

11 novembre : plus de 120 dignitaires étrangers réunis à Paris

Le 11 novembre 2009, la chancelière allemande participa pour la première fois à la cérémonie de commémoration de l’armistice de 1918. Jamais un chancelier allemand n’avait participé à cette cérémonie auparavant. Ce jour-là, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy franchissaient ensemble une nouvelle étape symbolique dans la réconciliation franco-allemande.

Cette année, Angela Merkel sera également présente, au même titre que plus de 120 dignitaires étrangers, les institutions européennes, les Nations unies et plusieurs autres organisations internationales, qui seront réunis à l’Arc de Triomphe.

Ils se retrouveront ensuite à la Grande Halle de la Villette pour l’ouverture de la 1ère session du Forum de Paris sur la Paix. En réponse à la montée des tensions du monde contemporain, le Forum a vocation à devenir le rendez-vous annuel des projets, idées et initiatives qui contribuent de manière effective à une meilleure coopération internationale sur les grands enjeux globaux, à une mondialisation plus juste et plus équitable et à un système multilatéral plus efficace et à la légitimité renforcée.

Emmanuel Macron, Angela Merkel et Antonio Guterres prononceront les discours d’ouverture du Forum de la Paix à 15h30.

Plus d’informations : https://parispeaceforum.org/fr/programme/
Le programme commémoratif 2018 : www.centenaire.org

18 novembre : déplacement du président Emmanuel Macron à Berlin

Emmanuel Macron se rendra à Berlin pour le « Volkstrauertag » (« Jour du Souvenir »), journée de commémoration nationale en Allemagne, dédiée à la réconciliation, l’entente et la paix, mais aussi journée d’hommage aux victimes de la guerre. A l’invitation de Frank-Walter Steinmeier, le Président de la République participera à la cérémonie qui aura lieu au Bundestag, où il prononcera un discours.

14 au 18 novembre : « Youth for Peace » à Berlin

500 jeunes participeront à la rencontre internationale « Youth for Peace – 100 ans après la Première Guerre mondiale, 100 idées pour la paix », organisée à Berlin. Les 500 jeunes élaboreront des idées concrètes pour établir, maintenir et renforcer la paix et tenteront de poser les jalons d’une culture commémorative européenne et transnationale. À l’issue de ces trois jours, les participants remettront leurs propositions à de hauts responsables politiques et en débattront avec eux.

Pour en savoir plus

Commémoration du Centenaire : des projets tout au long de l’année 2018

En 2018, plus de 40 projets à dimension internationale ont été labellisés dans 27 Etats par la mission du Centenaire. Un foisonnement de propositions, dont de nombreux projets culturels, ont célébré la réconciliation entre des peuples naguère ennemis, comme par exemple le projet du Jeune orchestre franco-allemand, formé à l’occasion du centenaire de l’armistice pour rendre hommage aux combattants des deux pays.

Pour commémorer le Centenaire, l’Institut français d’Allemagne a par ailleurs conçu la programmation « 100 x 100 ans », une programmation tournée vers l’avenir et construite autour de trois axes forts : la jeunesse (avec « Youth for Peace » notamment), les idées et la création, avec la mise en place de 100 événements et 100 partenariats !

Pour en savoir plus

17 octobre
2018

Vidéo - Colocalisation franco-allemande à Dacca

A l’occasion de la visite en France le 16 octobre d’Heiko Maas, Ministre des affaires étrangères allemand, nous revenons sur une illustration concrète de la coopération franco-allemande. Le MEAE et l’Auswärtiges Amt sont engagés de longue date dans une coopération institutionnelle visant à rapprocher leurs structures à l’étranger pour développer les synergies au niveau local.

La construction à Dacca d’un bâtiment commun par l’architecte Stéphane Paumier pour abriter les ambassades française et allemande est venue marquer une nouvelle étape dans ce domaine. Un immeuble neuf, abritant les deux ambassades, a été livré en mai 2017. Les locaux servent de lieu de travail pour les diplomates français et allemands ainsi que pour leurs collègues bangladais recrutés localement. Les deux missions fonctionnent avec des services intégrés, y compris la sécurité et les services consulaires.

Voici le témoignage de l’Ambassadrice de France à Dacca, Mme Marie-Annick Bourdin :

Des projets similaires sont actuellement à l’étude, pour les sites de Khartoum et de Lagos, tirant les enseignements des premières expériences d’implantations diplomatiques communes à Dacca et Koweït City.

Plus d’informations sur les colocalisations existantes : https://www.france-allemagne.fr/Les-colocalisations-franco.html

16 octobre 2018


Photos Ambassade de France à Dhaka © Architecte Stéphane Paumier

3 octobre
2018

Allemagne – Déplacement de Jean-Yves Le Drian pour la « Quinzaine franco-allemande en Occitanie » (Toulouse, le 2 octobre 2018)

Jean-Yves Le Drian se rend mardi 2 octobre à Toulouse pour participer à la première édition de la « Quinzaine franco-allemande en Occitanie », organisée par l’association "Allemagne-Occitanie".

"L’Europe au cœur » en partenariat avec la Fondation La Dépêche, la région Occitanie et l’ambassade d’Allemagne en France. M. Jean-Yves Le Drian interviendra lors de la conférence consacrée aux « intellectuels allemands et La Dépêche dans les années 1930 », en présence de M. Nikolaus Meyer-Landrut, ambassadeur d’Allemagne en France, de Mme Marie-France Marchand-Baylet, présidente du groupe de presse La Dépêche et de Mme Carole Delga, présidente de la région Occitanie.

Le but de la Quinzaine est de promouvoir en Occitanie les liens unissant Français et Allemands et de faire vivre l’amitié franco-allemande au plus près des citoyens et du territoire au travers d’événements culturels, économiques, éducatifs et sportifs. Lors de cette Quinzaine, une attention particulière a été portée à la jeunesse et au thème de la mobilité des apprentis, qui est l’une des priorités de notre coopération bilatérale avec l’Allemagne, depuis le lancement du projet-pilote franco-allemand de mobilité des apprentis le 23 novembre 2015 au Quai d’Orsay par les secrétaires généraux de la coopération franco-allemande.

En 2019, cette quinzaine sera organisée en Allemagne.

Le couple franco-allemand est à l’avant-garde de la refondation d’une Europe plus souveraine, plus unie et plus démocratique, portée par le Président de la République. La vitalité de cette relation s’incarnera en 2019 dans la signature d’un nouveau traité de l’Élysée qui permettra d’adapter aux enjeux du XXIe siècle le socle de cette coopération sans équivalent. Le traité de l’Élysée, signé par le général de Gaulle et le chancelier Adenauer en 1963, a joué un rôle fondamental pour la réconciliation des sociétés française et allemande après des décennies de guerre, en favorisant les jumelages et les échanges avec la jeunesse, notamment grâce à l’Office franco-allemand pour la jeunesse."

2 octobre
2018

Conférence : Les appels d’offres éoliens en France et en Allemagne : retours d’expérience, défis et perspectives (16 octobre 2018)

En 2017, ont eu lieu les premiers appels d’offres éoliens en France et en Allemagne. En Allemagne, la loi sur les énergies renouvelables (EEG), dans sa version de 2017, a généralisé les appels d’offres à tous les projets éoliens de plus de 750kW. La même année, la France a introduit deux dispositifs de soutien : les installations à partir de 7 éoliennes sont désormais soumises à la procédure d’appel d’offres tandis qu’un guichet ouvert avec complément de rémunération est mis en place pour les installations jusqu’à 6 éoliennes et avec une limite individuelle de 3 MW par turbine. Suite aux premiers résultats des appels d’offres de 2017, des évolutions sont à venir.

La conférence de l’OFATE aura pour objectif d’analyser les mécanismes d’appels d’offres éoliens en France et en Allemagne et abordera les questions suivantes :
• Quels sont les développements des cadres juridiques à venir pour les systèmes d’appels d’offres en France et en Allemagne ?
• Quelles stratégies peuvent être développées dans le cadre des appels d’offres ?
• Quelles différences y a-t-il entre les cadres juridiques allemand et français pour les projets citoyens d’énergie ?
• Quelles perspectives y-a-t-il pour les appels d’offres bi-technologiques en France et en Allemagne ?
• Quels sont, dans le contexte actuel, les modèles d’affaires émergents ?

Date : 16 octobre 2018

Organisateur :
Office franco-allemand pour la transition énergétique (OFATE)

Lieu : Ambassade de France à Berlin, Wilhelmstraße 69, 10117 Berlin

Renseignements et inscriptions :

https://energie-fr-de.eu/fr/manifestations/lecteur/les-appels-doffres-eoliens-en-france-et-en-allemagne-retours-dexperience-defis-et-perspectives.html